Existe t-il vraiment une nouvelle chaîne du livre?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Avec environ 60,000 livres publiés en France chaque année, le marché du livre papier semble en assez bonne forme sur le territoire. Cependant, la révolution que représente Internet et les avancées majeures dans le domaine du numérique pourraient bouleverser considérablement l’équilibre du secteur de l’édition. Existe-t-il pour autant une nouvelle chaîne du livre?

Selon Russel Grandinetti, Vice-Président de Kindle Amazon Content chez Amazon.com, « les seules personnes nécessaires dans l’édition sont maintenant le lecteur et l’écrivain. » A travers cette affirmation il remet en cause la chaîne traditionnelle du livre, une chaîne éditoriale associant l’auteur, l’éditeur, le distributeur, le diffuseur et le libraire, et soulève plusieurs questions. Que reste-t-il de la chaîne traditionnelle du livre a l’heure du numérique ? Quels sont les nouveaux acteurs et ceux qui peuvent être amenés à disparaître?

Le marché

La taille du marché en France reste embryonnaire avec seulement un livre sur dix disponible en version numérique et donc des ventes ne représentant que 1% du chiffre d’affaires du secteur. Aux Etats-Unis le marché a connu une rapide croissance, le livre numérique représentait 1,2% du chiffre d’affaires du secteur en 2008 et 18% fin 2011 alors qu’en Grande-Bretagne il représente 13% du chiffre d’affaires du secteur. Selon l’IDATE (think tank spécialisé dans l’économie numérique, les médias, l’internet et les télécommunications), cette croissance va continuer pour atteindre les 35% aux Etats-Unis et 21% en Grande-Bretagne en 2015.

Viabilité

Pour se faire une réelle opinion sur le sujet il faudrait se pencher sur la réelle viabilité du livre numérique en tant que produit et du marché en analysant leurs forces et leurs faiblesses. Il faudrait ensuite se demander si la nouvelle chaîne du livre diffère réellement de la chaîne traditionnelle et comment serait à terme le nouveau processus éditorial en considérant tous les acteurs traditionnels. Le livre numérique ne semble pas encore être une évidence en France même si les parts de marché se renforcent aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Besoin ou tendance?

Si le livre numérique représente des avantages certains en terme technique, pratique et financier pour l’auteur et le lecteur, les vieilles habitudes sont difficiles à faire évoluer et il n’est pas dit que ce soit juste une mode en phase avec les nouveautés technologique telles que l’iPad. La victoire du livre numérique sur le livre papier est donc loin d’être proclamée. De plus, le fait que la lecture doit se faire impérativement à travers un outil tel qu’une tablette ou une liseuse peut non seulement dissuader le lecteur d’investir mais aussi créer une inégalité des chances d’accéder à de tels contenus pour les personnes en difficulté financière.

Un processus long

En analysant la chaîne traditionnelle du livre il semble que la chaîne du livre numérique soit actuellement calquée sur celle du papier même si de nouveaux acteurs apparaissent et que d’autres semblent en danger, notamment les libraires ou la fabrication pour qui le risque est bien réel. En effet, il n’y a pas de réelles transformations du processus de création mais c’est au niveau de la diffusion/distribution que les changements sont vraiment tangibles. Les secteurs de la fabrication/impression pourraient également souffrir de l’émergence du livre numérique en France mais à l’heure qu’il est les personnes nécessaires dans l’édition sont certainement plus nombreuses que seul le lecteur et l’écrivain.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>