Exposition « Les mille et une nuits » à l’Institut du monde arabe

« Mais, Sire, ajouta Scheherazade en se reprenant, voilà le jour qui paraît et qui m’empêche de continuer cette histoire. […] mais, si je suis en vie demain, je vous en dirai d’autres qui sont encore plus dignes de votre attention. »

Qui ne connaît pas Les Milles et une nuit et son héroïne Scheherazade, qui, nuit après nuit, raconte des histoires au sultan pour sauver sa vie ? L’Institut du monde arabe rend hommage à cette œuvre mythique depuis le 27 novembre 2012 jusqu’au 28 avril 2013.

Ce n’est d’ailleurs pas seulement une œuvre qui est mise en avant, mais tout un univers. Manuscrits, vidéos, peintures, photos, objets, vêtements… Toute l’atmosphère des Mille et une nuits et du monde oriental est recréée au fil des différentes salles de l’exposition.


Visite guidée

Lorsque l’on entre dans la première salle, la lumière tamisée nous plonge tout de suite dans l’ambiance. On peut alors admirer des manuscrits de l’ouvrage légendaire ; certains sont vrais, d’autres sont des copies, certains sont illustrés, d’autres non. Les explications des origines de l’œuvre et de son influence sont inscrites sur les murs, en français, en anglais et en arabe.

La suite de l’exposition se déroule à l’étage et reprend le même décor que la salle précédente. La nouveauté tient en un espace arrondi où l’on peut se poser pour écouter, grâce à des casques audio, les contes. On peut également contempler toutes sortes d’objets tirés de l’œuvre et des vidéos des adaptations cinématographiques de l’ouvrage sont diffusées sur des écrans.

Pour la troisième salle changement de décor, car nous entrons dans une pièce blanche et lumineuse, qui ressemble à un palais oriental. Des thématiques se précisent alors ; toute une partie de la salle est consacrée à la royauté et à la richesse, une autre à l’érotisme. La salle suivante est centrée sur la guerre et la cruauté dans les contes, soulignés par des armes exposées et des murs rouges sang. Une petite salle est consacrée à l’univers d’Aladin, décorée pour l’occasion comme une grotte, et la dernière salle traite du voyage en mer, grâce à une ambiance bleutée.

3 raisons d’aller voir cette exposition

  1. Faire travailler ses sens : en plus de vous en mettre plein la vue, l’exposition titille votre odorat grâce à des parfums diffusés dans certaines pièces et, à certains points spécifiques, vous pourrez faire travailler votre ouïe grâce à des extraits des Mille et une nuits contés par une voie féminine qui ressemble étrangement à celle de l’actrice Leila Bekhti.
  2. L’exposition est vraiment très complète : des manuscrits et des traductions pour les amoureux des livres, des objets dignes des musées, des vidéos pour les cinéphiles… Les fans de l’œuvre aussi bien que les néophytes sauront apprécier ce moment passé dans cet univers oriental, bien connu mais pourtant toujours aussi mystérieux.
  3. Un prix abordable : 6,50 euros pour les moins de 26 ans et la possibilité de louer des audioguides ou d’assister à une visite guidée pour 4 à 5 euros de plus.

Malheureusement, il est interdit de prendre des photos donc je n’ai pas grand chose à vous montrer. Il reste seulement quelques semaines avant la fin de l’exposition donc je vous conseille d’y courir, car cela vaut vraiment le coup.

Pour plus d’infos : http://www.imarabe.org/exposition-ima-6415

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>