MetaMaus d’Art Spiegelman : dans les coulisses d’un monument de la bande dessinée

Pourquoi l’Holocauste ? Pourquoi les souris ? Pourquoi la bande dessinée ? Voilà les questions qu’Art Spiegelman n’a cessé d’entendre sur Maus depuis sa parution en 1986. Le dessinateur new-yorkais, seul auteur de BD récompensé par le prix Pulitzer en 1992, satisfait la curiosité de ses lecteurs avec MetaMaus, un making of de son best-seller mondial.

MetaMausParu en octobre 2011 aux États-Unis et le 18 janvier dernier en France, MetaMaus revient vingt-cinq ans plus tard sur la genèse et le processus de création de Maus, bande dessinée zoomorphique sur la déportation dans laquelle les Juifs sont incarnés par des souris et les nazis par des chats. Des croquis, des planches et des documents inédits illustrent la série d’entretiens qu’a accordés Art Spiegelman, entre 2006 et 2010, à son amie Hillary Chute, professeur d’anglais à l’université de Chicago.

Le gros plus de MetaMaus, c’est un DVD bonus contenant l’intégrale de Maus en version numérique enrichie de pages avec des hyperliens vers des suppléments visuels, audio et vidéo : nombreux croquis et brouillons, arbres généalogiques de la famille Spiegelman (avant et après la Seconde Guerre mondiale), extraits des entretiens de l’auteur avec son père, sources documentaires sur Auschwitz, et bien d’autres.

MetaMaus est aussi l’occasion pour Art Spiegelman de revenir sur son histoire familiale, sur celle de ses parents, Anja et Vladek, déportés juifs polonais survivants des camps, qui a inspiré et guidé la réalisation de Maus. Photos de famille, documents d’époque, témoignages et interviews des proches montrent à quel point Maus a été pour son auteur un moyen à la fois de faire sortir de leurs placards les lourds fantômes du passé et d’exorciser une relation conflictuelle avec son père.

Autoportrait Art Spiegelman

Autoportrait d'Art Spiegelman

Art Spiegelman n’est pas une souris…

Art Spiegelman l’a toujours dit et répété : Maus n’a rien d’un ouvrage historique sur l’Holocauste, mais délivre simplement une vision personnelle et un vécu. Étouffant derrière ses masques de souris, le dessinateur veut tourner la page de Maus, et c’est avec MetaMaus qu’il pense le faire une fois pour toutes.

Car Art Spiegelman n’est pas seulement l’auteur de ce succès planétaire qui a bouleversé le genre. Figure majeure de la bande dessinée underground américaine des années 70-80, il a notamment cofondé le magazine Raw, réalisé des couvertures et illustrations mémorables pour le New York Times, publié un ouvrage sur le 11 septembre intitulé À l’ombre des tours mortes

C’est que l’œuvre de Spiegelman a aujourd’hui le vent en poupe. Couronné en 2011 par le Grand prix de la ville d’Angoulême, il était l’invité d’honneur de cette édition 2012 du Festival international de la bande dessinée, qui lui a consacré une large rétrospective et l’a nommé président du jury. Cette rétrospective sera déplacée après le festival au Centre Pompidou, pour une exposition du 21 mars au 21 mai 2012.

Pour un petit avant-goût, voici en dessins comment Art Spiegelman s’explique lui-même de la publication de MetaMaus :

Extrait MetaMausExtrait MetaMaus

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>